Je ne sais pas si ce groupe vous parvient en Europe mais ici en Afrique du Sud, c’est le numéro 1.

Invité à tous les les festivals et toujours en tête d’affiche, ces 2 petits cons (je dis ça avec tendresse), David Poole et Dominic Peters, de Cape Town mettent le feu aux poudre en Live avec seulement un premier album à leur actif mais dont  quasi tous les morceaux sont des bombes.

Ils sont DJ’s mais jouent aussi d’un instrument, l’un au saxo et l’autre à la contre-basse, avec des mélanges de synthé, de fûtes, de voix et de samples, ce qui donne une formidable tonalité Jazzi à ce duo de musique électro.

Ils ont joué à l’ouvertures de noms déjà reconnus comme Fatboy Slim, Mr Scruff, The Audio Bullys, Paul van Dyk, Pete Tong et Stereo MC’s et vont devenir p-ê aussi célèbres que ces derniers…

Bon place à la musique, je suis pressé d’entendre leur prochain album mais ils sont bien partis.

Publicités

Bon je ne suis pas très « TV shows » mais celui-ci vaut vraiment le détour.

Pour le synopsis, il s’agit de 2 musiciens néo-zélandais, Brett et Jermaine, qui débarquent à NYC et essayent de percer dans le milieu musical. Malheureusement ils ont pour manager le responsable culturel du consulat de Nouvelle Zélande, Murrais, qui fait de son possible pour organiser des « band meetings » et des « giggs ».

Les autres personnages de cette série sont, Mel, la (seule) groupie qui fantasme sur nos 2 musiciens, et Dave, qui tient un magasin d’objet en dépôt et qui a toujours un conseil avisé sur les femmes.

Sinon cette série se caractérise par son humour décalé et pince-sans-rire de tous ces personnages qui semblent en dehors des réalités et par les passages musicaux offerts par Brett McKenzie et Jermaine Clement dont ils ont tirés les chansons de leurs propre album. Le style de musique varie très fort d’une chanson à l’autre, du hip-hop(potamuse) au Ragga en passant par le folk voire le Blues.

Ils faut savoir qu’ils sont musiciens, humoriste, acteur ( Jermaine a joué dans « Eagle vs. Shark et Brett dans le « Lord of The Rings ») et que ça donne un mélange détonnant dans cette série que je ne me lasse pas de regarder encore et encore.

Voici qques vidéos de leurs chansons dont les paroles sont excellentes…

Samples

7 janvier 2009

Voici un site excellent qui nous prouve que toute la musique de notre génération n’est qu’une reprise de ce qui a été créé dans les année 60′, 70′.

« Samples.fr est un blog qui vous fait découvrir les musiques à l’origine des tubes d’aujourd’hui et d’hier. 
Sous forme de samples (un échantillon d’une musique, qui sert à la création d’une autre) ou bien de reprises, divers styles musicaux sont abordés sur ces pages. »

Tapez comme exemple le tube « Beggin » de Madcon dans le moteur de recherche, qui est à l’origine une chanson des Frankie Valli & The Four Seasons de 1967. C’est une reprise pure et dure.

Je suis sur que la plus part ont déjà pu voir ce magnifique film de Fernando Meirelles, « La Cité de Dieu » dont le synopsis est le suivant:

« Dans une favela qui a vu le jour à Rio de Janeiro dans les années soixante, Fusée est un gamin noir, pauvre, trop fragile pour devenir hors-la-loi, mais assez malin pour ne pas se contenter d’un travail sous payé. Il grandit dans un environnement violent, mais tente de voir la réalité autrement, avec l’oeil d’un artiste. Il rêve de devenir photographe professionnel.

Petit Dé, un enfant de onze ans, emménage dans la Cité. Il souhaite pour sa part devenir le plus grand criminel de Rio et commence son apprentissage en rendant de menus services à la pègre locale. Il admire Tignasse et son gang, qui arraisonnent les camions et cambriolent à tout va. Tignasse donne à Petit Dé l’occasion de commettre un meurtre, le premier d’une longue série… » (Allociné).

Ensuite est né un projet dans la même continuité qui s’appelle  » La Cité des hommes » dont l’histoire se déroule aussi dans les favélas de Rio et dont les producteurs sont les mêmes que ceux de la Cité de Dieu. Il en résulte tout d’abord une série qui a rassemblé en moyenne 22 millions de spectateurs brésiliens chaque semaine entre 2002 et 2005, et ensuite un film qui porte le même nom que la série et qui est dans sa continuité thématique et artistique.

Voici le lien pour regarder les vidéos en streaming:

http://www.monblog.ch/shimux/?story=la-cite-des-hommes 

Je suis en train de regarder la série et j’ai déjà vu le film, la cité de dieu, je suis impatient de voir la cité des hommes, dont les critiques sont excellentes…

Londinium : Best album ever

24 novembre 2008

londinium

Bon voici mon album préféré que j’ai le plus de fois écouté et que je pourrais encore écouter sans me lasser tellement il est riche en mélodies…

C’est le 1er album d’archive et sans doute le meilleur. Quoiqu’il soit complètement différent des suivant car c’est le seul qui est trip-hop, les autres sont plus dirigés poprock car la chanteuse Roya Arab et le rappeur John Rosko quittent le groupe.

Pour la petite anecdote, je suis allé voir Archive au Bota pour la sortie de leur deuxième album il y a qques années, et à la fin  du concert les gens criaient « Londinium, londinium » tellement ils regrettaient le changement de direction du groupe. Véritable bide pour le groupe qui s’est relevé depuis avec un succès grandissant.

Voici un article du site www.trip-hop.net qui en dit long:

« Le premier album d’Archive est un riche mélange électronique de musique classique, hip-hop et parfois jazz pour obtenir au final un des meilleurs trip-hop des années 90. On retrouve à la voix Roya Arab (soeur de Leila) ainsi que le rappeur John Rosko pour accompagner le duo londonien Danny G et Darius Keller. Un morceau comme « Nothing Else » justifie à lui seul le devoir de posséder cet album. Mais il faut également compter sur « Darkroom », « Organ Song » ou « Old Artist » pour ne citer qu’eux. Londinium reste l’un des meilleurs albums trip-hop, à ranger entre Dummy de Portishead et Mezzanine de Massive Attack. »

D’autres musiques sur les albums suivants sont aussi très bonne, je pense à « Fuck U » su l’abum Noise ou encore « Again » (16min) de l’album You all look the same to me.

jodorowsky

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Jodorowsky, scénariste de bandes-dessinées, Chilien d’origine, auteur de l’Incal, la Caste des Méta-Barons, Bouncer, Juan Solo, Technopères et d’autres encores…

Il s’est aussi fait connaître au travers certains films, qu’il a réalisés comme  « la montagne sacrée », ou dans lesquels il a joué; Mais je m’attarderai pas dessus car je ne les ai pas vu mais ils m’ont l’air assez gratiné dans la démence, la parano, et le gore.

L’homme ne laisse pas non plus indifférent par sa personnalité et son caractère décalé. Certains le voient comme un gourou, un maître spirituel, car il s’intéresse de près au tarot et tout ce qui touche à l’occulte. Ses détracteurs n’y voient qu’un fou de plus, qui essaye de convaincre par sa prétendue sagesse et ils s’en énervent souvent.

Moi personnellement, j’ai été fasciné par ses scénarios de bd qui sont souvent « trash » mais dont il fait émerger aussi une sorte de magie. La plupart de ces ouvrages sont axés science-fiction avec un univers fantastique souvent empreints de symbolique et de métaphore. Il a aussi réussi à s’entourer de dessinateurs qui retransmettent très bien son univers, je pense à Moebius avec qui il a participé pour la série « L’incal ». il existe aussi deux autres séries, « Avant l’Incal » et « Après l’Incal » mais qui sont nettement moins bonnes et auxquelles Moebius n’a pas participées. L’histoire est basée autours d’un anti-héros, couard, et pessimiste qui se voit obligé de sauver le monde.

Dans le même genre on retrouvera la caste des Méta-Barons avec Juan Gimenez, qui est terrible, et les Technopères avec Zoran Janjétov, deux séries futuristes qui portent sur l’évolution de jeunes personnage dans des sociétés très violentes qu’ils ont envie de changer grâce à leur jeunesse et leur idéaux.

« Juan Solo » est un peu différent car n’est pas de la science fiction et l’histoire se passe en amérique latine (les dessins m’ont fait pénétrer cet univers comme si j’y était, avec les couleurs, les odeurs et les musiques). Cependant il s’agit aussi ici d’un parcours initiatique, celui d’un enfant qui a été jeté dans une poubelle à sa naissance, recueilli par un nain travlo prostitué, et qui devient un tueur sanginaire sans foi ni loi. C’est un véritable chef d’oeuvre… Dans la même idée de parcours initiatique, il y a le « Lama Blanc » qui raconte l’histoire d’un enfant blanc anglais qui est recueilli par des moines tibétains et qui s’avère être la réincarnation du Grand Lama.

Le « Coeur Couronné » est aussi pour moi un véritable chef d’oeuvre et se déroule en trois tomes empreints de chamanisme, de spirituel, voire de religieux.

Pour ceux qui ne connaisse donc pas ce fabuleux auteur, je vous conseille d’essayer ce voyage au travers sa littérature troublante, qui va vous secouer bien fort.

Si vous avez aimez  le  « Grand Pouvoir du Chninkel »,  le film « The Wall » des Pink floyd ou encore « 2001, l’Odyssée de l’Espace » de Kubrik, vous apprécierez ces bd.