Defendor

2 mai 2010


J’ai regardé Defendor l’autre jour et j’ai adoré. C’est drôle, touchant et intelligent. J’en veux plus des films comme ça !

La seule chose qu’Arthur demande, c’est que vous ne l’appeliez pas par son prénom. Arthur répond désormais au doux surnom de Defendor, super-héros miteux qui parcourt les rues pour combattre les crimes. Après une série de rencontres avec le commissaire local et une jeune prostituée, Defendor se met en tête d’arrêter le trafic du (fictif) Captain Industry, et nuit involontairement aux agissements d’un (vrai) baron de la drogue.

Ils en montrent un peu trop dans la bande-annonce, mais la voici quand même :

Extrait d’une très bonne critique :

(…) Pourtant, le film ne s’enferme pas dans son côté grosse parodie avec musique triomphante et blagues acérées.
Stebbings va bien plus loin dans son écriture de personnages et ne tombe pas dans la facilité.
Faire d’un personnage un sympathique bonhomme qui cherche le bien de tout le monde tout en étant un peu fou (au sens littéral du terme) est dur, surtout lorsque le film ne cède pas à une énième analyse de sa quelconque maladie.
Aidé par son seul ami (Michael Kelly de L’Armée des morts), il est évident qu’Arthur a été mal éduqué, abandonné par sa mère lorsqu’il était très jeune (scène d’adieu déchirante en flash-back), et souffre de quelques problèmes mentaux.
Mais le film ne tente jamais de les résoudre ou même de les expliquer. La vérité est qu’il pense être un super-héros, un vrai super-héros capable d’aider les gens. Le film se construit de telle façon que l’on ne sait pas si la psychiatre assignée à Arthur (Sandra Oh) se trouve là pour le mettre en prison ou pour l’analyser réellement.
La vérité réapparaît dans la dernière partie du film, où l’intrigue « passé » (Defendor contre Captain Industry) et l’intrigue « présente » (le tribunal d’Arthur pour avoir agressé un innocent) se rejoignent et finissent en beauté.
Le personnage secondaire de Kat Dennings, la prostituée, prend alors tout son sens dans cette dernière partie où l’identité et les raisons de l’agression sur cet innocent prennent un sens réellement concret.

Avec une notion de ce qu’est réellement la justice (et le Bien/Mal) très travaillée, Stebbings finit son film de la manière la plus idéale qui soit, réussissant à arracher quelques larmes de plus avec des scènes pourtant très simples. Là réside la plus grosse qualité du film : derrière son image de petit long-métrage sans gros budget se cache en fait une excellente reprise des thèmes du super-héros, et une réalisation d’une classe absolue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :